Tel est le titre de l’intervention que je présenterai lors d’un symposium sur la professionnalisation des formations universitaires qui aura lieu à Bordeaux les 4 et 5 juillet. Il s’inscrit dans le  cadre du congrès international d’Actualité de la Recherche en Éducation et en Formation (AREF). https://aref2019.sciencesconf.org/

« Les formations professionnelles supérieures, notamment dans le champ des formations sanitaires et sociales, ont souvent été pensées hors de l’enseignement supérieur et de son Ministère (Vasconcellos, 2006). Cela avait alors amené à se  demander si professionnaliser ces métiers était possible à l’université (Fourdrignier, 2009).

Dix ans plus tard le paysage a été profondément transformé tant par la mise en œuvre du processus de Bologne que par les réformes de ces diplômes d’Etat. En effet dès 2009 la réforme de la formation infirmière a amené à un processus d’universitarisation de cette formation. En août 2018 le processus est également lancé pour les diplômes du travail social.

Cette communication a un double objet. Il s’agit d’abord, à partir de thèses récentes (Boissart, Petrus, Zufia-Szyba), de clarifier ce processus d’universitarisation et ses impacts sur le processus de professionnalisation des infirmiers. Il s’agit également d’envisager les effets que ce processus peut produire tant sur les formations universitaires que sur les enseignants concernés.